top of page
  • Photo du rédacteurEmanuel Archambault

Rallye humanitaire Bab el Raid 2023 : DAI sponsor d’un véhicule


En prenant le départ du rallye Bab el Raid le 04 février dernier à La Rochelle, Bénédicte Cornil concrétisait un de ses rêves. En route vers l’Espagne, puis le Maroc. Accompagnée de sa copilote Laetitia Debray, au volant d’une Renault 5 revisitée pour affronter les conditions du désert pendant de longues journées, Bénédicte souhaitait tester sa résistance, ses capacités physiques et se confronter aux aléas météorologiques comme mécaniques.

L’agence organisatrice Maïenga propose un concept automobile novateur : le rallye Bab el Raid est le seul au monde réservé aux deux roues motrices, à être certifié par la norme environnementale ISO 14001:2015 et à s’engager pour un avenir durable.

Le défi et la dimension humanitaire ont séduit la société DAI, l’incitant à sponsoriser cet équipage qui s’apprêtait à distribuer des matériels médicaux dans un village marocain.


"Nos sponsors étaient portés par l’originalité de ce magnifique concept mais aussi par les valeurs de solidarité véhiculées par l’agence Maïenga." Bénédicte Cornil

Un rallye de régularité du 04 au 15 février 2023

Après la traversée de l’Espagne du 05 au 7 février, la Renault 5 a embarqué sur un bateau à Algésiras, direction Tanger.

C’est à Meknès le 09 février que les 123 équipages motorisés ont démarré leur folle aventure sur les pistes du désert marocain. Chaque véhicule était équipé d’une balise de localisation par satellite qui transmettait sa position aux organisateurs toutes les cinq minutes.

Le concept singulier du Bab el Raid les a attirés : un rallye qui ne mise pas sur la vitesse mais qui valorise la régularité et l’engagement à s’impliquer sur des défis journaliers, sportifs, de réflexion ou basés sur le dépassement de soi.

Le nombre de points collectés détermine le classement de chaque équipage.


Le vainqueur de ces 4500 km parcourus sur 3 pays (France, Espagne, Maroc) n’est pas l’équipage qui est allé le plus vite mais celui qui a su gérer sa vitesse et éviter les pannes mécaniques. Une voiture en avance sur le temps recommandé pour parcourir une étape doit mieux s’arrêter un moment pour ne pas arriver trop vite et risquer des points de pénalité.

Autres composantes de l’esprit du Bab el Raid.

  • L’intégration systématique de l’environnement dans les actions de Maïenga.

  • L’authenticité des bivouacs : les participants doivent apporter leur matériel et leur nourriture.

  • La solidarité entre les équipes lorsque l’une d’elle est dans la difficulté.

  • La débrouillardise, l’ingéniosité : orientation à la boussole.

  • Le rapprochement humain avec les populations locales.


L’apport indispensable des sponsors pour prendre le départ

Une telle aventure requiert une très bonne organisation en amont et une étude précise de ses besoins matériels et mécaniques. Les entreprises ayant répondu à l’appel à sponsors de Bénédicte Cornil sont issues de secteurs différents : fluides chaud / froid pour hébergements collectifs (ex : hôpitaux), hôtellerie, assurances, rallye automobile... et DAI, fournisseur de logiciels pour établissements de soins médicaux et de réadaptation (SMR).

Leur contribution a permis de financer : les frais d’inscription, la préparation de la voiture et ses réparations durant le rallye, les pleins d’essence, les nuitées en France et en Espagne, le matériel et la nourriture.


Le Green Day, temps fort du rallye sous le signe de l’humanitaire

Chaque année, cette journée est un point d’orgue pour les équipes en lice. Elle est consacrée :

  • au développement de la plus grande palmeraie solidaire du Maroc dans laquelle 15 456 palmiers ont été plantés depuis 2007 !

  • à la distribution de matériels divers de première nécessité : puériculture (poussettes, lits parapluie, équipements pour les maternités...), vêtements, chaussures notamment. Ils sont remis à une association locale, partenaire de "Cœur de Gazelle", qui se charge de les redistribuer dans les villages alentour et aux nomades.


Le don de Bénédicte : du matériel médical pour un dispensaire local

Ayant vécu plusieurs années en Mauritanie, Bénédicte a souvent été sensibilisée aux difficultés et sous-équipements en matière de santé auxquels les habitants des régions désertiques ont à faire face.

Pour sa première participation au rallye, elle a eu l’opportunité de collecter en France des produits utiles pour réaliser des soins médicaux : compresses, bandages, pansements, antiseptiques, seringues, aiguilles, sets à pansements... Ils ont fait la joie des responsables du dispensaire.


Une expérience humaine, collective et personnelle, tout autant qu’un défi mécanique !

Dans cette aventure, chaque équipage vivait un voyage immersif lors des traversées de villages et des contacts avec les populations locales. Entre participants s’opéraient également un rapprochement et une entraide qui laissent des souvenirs forts. Scène pas banale en plein désert : improviser avec une équipe suisse une fondue savoyarde sur un vieux poêlon !


Les connaissances de la culture du Maghreb et de la conduite automobile en sable étaient des atouts que Bénédicte possédait. Elle était également imprégnée d’une forte motivation personnelle et voulait se challenger, repousser ses limites, se confronter à l’inconnu, à des conditions parfois difficiles.


En outre, les participants devaient parfois s’armer de patience pour faire face aux aléas mécaniques. Ainsi va la vie, et malgré une bonne préparation, il était impossible de tout prévoir ! Une portière qui ne ferme plus, laissant le sable s’engouffrer dans l’habitacle, une rotule de crémaillère défaillante... C’est malheureusement ce que l’équipage n°238 a subi.



« C’est non seulement une traversée en voiture, mais aussi un véritable voyage intérieur. On en ressort grandi. De plus, les sponsors nous ont suivies dans cette aventure, nous aidant à aller au bout de notre mission. J’avais créé un groupe WhatsApp qui les réunissait, et le fait de recevoir leurs messages d’encouragement m’a énormément aidée dans les moments les plus compliqués. »




30ᵉ place, meilleur classement avant la panne

Alors que pendant plusieurs étapes, la Renault 5 sponsorisée par DAI affichait un classement stable à la 30e place, une panne l’immobilisant 4 heures lui a valu la perte de 700 points de course. Ainsi, à trois jours de la fin du rallye, la rotule de crémaillère prête à céder a empêché le véhicule de prendre le départ. Il a dû être réparé dans le garage local le plus proche.

Ces points perdus n’ayant pas pu être récupérés malgré les défis réalisés par l’équipage, celui-ci a terminé à la 110e place au classement final.


La société DAI est fière d’avoir participé à ce rallye 2023 au titre de sponsor. Tout comme Bénédicte, elle sait que cette action a été utile.

Si d’aventure, cet article vous donne le goût de participer à une prochaine édition du Bab el Raid, voici la page de Maïenga pour l’édition 2024 : www.babelraid.com

Comentários


bottom of page